C‘est vrai qu’au début de la partie, le LOU, manifestement n’y est pas ! Les espaces laissés par la défense font le bonheur des Toulousains de sorte que Marchand conclut le premier, en force, après quatre minutes. Le jeu est plaisant, les locaux déroulent enfin leur rugby et comme, par-dessus le marché, ils ont retrouvé leurs marques de buteurs, le score se creuse (10-0 dès la 12ème minute) et à la 16ème, c’est Alexis Palisson qui conclut un superbe mouvement et marque en coin (essai transformé).    

LOU y es-tu ? Que fais-tu ? M'entends-tu ? Le LOU : « Je mets le maillot ».

Et avec le maillot, les choses changent un peu de physionomie. Frédéric Michalak se montre incisif et Hosea Gear  échoue de peu. 

LOU y es-tu ? Que fais-tu ? M'entends-tu ? Le loup : « Je mets mes crampons ».

Et avec les crampons, alors, ce qui devait arriver arrive : c’est Deon Fourie qui inscrit un essai en force : ça y est, le LOU y est ! Mais Maxime Médard aussi et deux minutes plus tard celui-ci prend une sorte de périphérique et au prix de deux ou trois changements d’appui fulgurants dont il a le secret, sert en deux contre un Alexis Palisson qui ne se fait pas prier pour inscrire sa deuxième réalisation.

Trois essais à un, c’est là que les optimistes, la veille du printemps, croient apercevoir l’ombre d’une cerise… d’autant que Gillian Galan servi à l’issue d’une nouvelle escapade de Maxime Médard, inscrit le quatrième essai de son équipe. Mais la cerise est éphémère !   

Et le LOU, juste avant de retrouver sa tanière pour la mi-temps, conclut une belle action par Napolioni Nalaga.

Le second acte voit un LOU plus agressif  jouer son va-tout face à une défense stadiste bien en place. Mais quelques fautes sanctionnées par l’arbitre remplaçant (entré à la mi-temps) leur donnent l’opportunité d’occuper le terrain. Et comme la mêlée tourne à leur avantage, les Toulousains assurent le résultat sans plus d’ambition. (Adieu la cerise). Mais comme en trois minutes ces diables de « canis lupus » marquent à deux reprises, les Toulousains en arrivent à ne pas en mener large malgré un écart encore conséquent !

Mais un ballon récupéré et bonifié par Jean-Marc Doussain, permet à Alexis Palisson de conclure en coin et de réaliser son « hat trick » *. L’affaire est entendue, plus rien à attendre pour personne, sauf le coup de sifflet final.

Rencontre plaisante, donc, qui a le mérite de rapprocher le Stade Toulousain de ses devanciers au classement, de mettre un terme à une série de défaites et surtout  devrait regonfler le moral des troupes, au meilleur moment, finalement !  

Signé L’ŒIL

* Petit terme d’origine anglaise en l’honneur de Steve, notre adhérent, venu tout spécialement de l’extrême Nord de Grande Bretagne. Merci à lui.