Et deux minutes trente cinq plus tard environ, (il faut bien rendre grâce à Sylvie) et un duel aérien plus loin, le ballon tombe au sol et rebondit, comme tout bon ballon ovale qui se respecte, comme il veut. C'est à dire, dans le cas présent, dans les bras de Julien Fumat qui n’a plus qu’à finir sa course sous les poteaux. Et, à nouveau, sept points de plus à remonter !

Pour le reste, je vais me contenter de relever les points négatifs et les points positifs de la soirée.

Même pas possible de se cacher derrière son petit doigt en prétextant un grand manque de… chance(1). Non, c’est de réalisme que les Toulousains manquent. Ils dominent la plupart des secteurs de jeu, mais leurs pertes de balle incongrues, leurs choix tactiques défaillants, leur jeu au pied inconstant, ne leur permettent pas de capitaliser. Du coup certains et c’est à leur honneur, tentent de s’ériger en sauveurs de la patrie, mais cela ne conduit qu’à déliter un peu plus le jeu collectif et c’est en pure perte !  

Voila pour les points négatifs.

Les points positifs par contre sont : …

Les points positifs, dis-je, sont des points de suspension, dans l’attente de voir la réaction de ces joueurs lors des prochains matchs.

Si la rubrique de L’ŒIL est courte aujourd’hui, c’est qu’en bon œil il ne voit que ce qu’il y a à voir et de ce match il ne vit pas grand chose.        

    

Signé L’ŒIL

(1) Allez, allez, vous l’attendiez le calembour… Eh bien, je ne vous le ferai pas.