- « Et dans ce match, comment avez-vous pu laisser filer les Parisiens avec le bonus défensif ? »

- «  C’est que les petits Ruiz font les grandes rivières… »

- « OK, j’ai compris. Mais ce n’est tout de même pas lui qui vous empêche de concrétiser vos temps forts, ce n’est pas lui qui vous fait tomber les ballons, ce n’est pas lui qui vous fait oublier un partenaire en surnombre et choisir le coup de pied à suivre qui finit en touche ! Et c’est lui qui vous procure l’occasion de jouer à 15 contre 14 toute une mi-temps à l’occasion d’un carton rouge bien sévère tout de même ! »

- « Ouais, mais en compensation c’est lui qui … »

- « chut »

- « c’est lui qui… »

- « chut je te dis… »

- « vire Bézy sans raison… »

- « chut, tu vas nous faire remarquer au pays de la langue de bois, arrête ! »

- « OK, n’en parlons plus. »

- « Mais le spectateur reste un peu sur sa faim quand même. J’espère que vous le comprenez ça. Heureusement, il a quand même vibré deux ou trois fois et notamment lorsque Gillian Galan perce sur trente mètres faisant usage d’une vitesse de course exceptionnelle pour un gabarit dans son genre. Il y ajoute la passe au cordeau pour Alexis Palisson qui termine l’action et réveille la foule apparemment assoupie. »

- « Y a pas que du négatif alors ! »

- « J’ai pas dit ça. La touche aux cinq mètres magistralement conclue par un essai collectif avec le ballon dans les mains du valeureux capitaine, n’était pas mal non plus. Mais comprenez qu’il en faudrait un chouia de plus pour remplir à nouveau les gradins. Alors vous avez pas mal de travail à faire et l’avantage c’est que les points à améliorer ne manqueront pas ! »

- « Tu crois qu’on le sais pas, qu’on a du pain sur la planche ? »

- « Si vous le savez, c’est le principal, bon vent alors à vous et faites nous plaisir en vous faisant plaisir. Avant Noël quand même, ce serait parfait ! »

Signé L’ŒIL