Du coup, le match est disons, engagé, viril, brutal parfois et laisse peu de place à l’expression de cette finesse du jeu, cette dentelle qui a souvent enchanté les vieux connaisseurs.

Dans ce contexte, nous retiendrons comme un éclair cet essai de Thierry Palisson, au premier acte, qui met un point final à une action collective remarquable par sa continuité. De bon aloi à cette époque de l’année à l’heure des derniers réglages. Les visiteurs, eux, convertissent par Ben Botica les occasions délivrées par le dompteur et parviennent à la pause avec un point de retard car de son côté Gaël Fickou, qui nous avait caché ce talent, transforme à son tour de plus de cinquante mètres sa seule occasion.

Le second acte est du même tonneau, l’engagement frise la bataille rangée et les visiteurs prennent un instant l’avantage par une nouvelle pénalité de Ben Botica .

Mais, à la cinquante troisième minute, un maul bien mené offre le ballon à Jean-Marc Doussain qui sert Florian Fritz, lequel sans fioriture et en force, dans son style bien trempé, parvient à marquer sous les poteaux.

Le reste de la rencontre voit les visiteurs toujours rugissants, le plus souvent en possession du ballon, se heurter à une défense infranchissable. Le score final pouvait être plus large et le bonus offensif n’eut pas été impossible à aller chercher si le dompteur n’avait jugé trop longue la remise en jeu aux cinq mètres que les Toulousains venaient d’obtenir à cinq minutes du terme.

Que dire de plus ? Yann David blessé à un bras n’aura passé que quatre minutes dans l’arène, Thierry Dusautoir et Sébastien Bézy s’en sortent mieux après les rudes interventions dont ils furent victimes sans qu’aucun sifflet n’intervienne ailleurs que dans les tribunes…

Match à retenir en conclusion quant au résultat comptable, satisfaisant pour les Toulousains en terme de combativité et de réalisme, peu de maladresses, quelques mauvais choix quand même qui rendent sans raison le ballon à l’adversaire, quelques belles actions aussi à mettre à leur actif et une entrée en jeu des jeunes pousses au second acte qui laisse présager un bel  avenir.  

Et le bonus ? Alors, le bonus ? Eh bien pas si mal quand même, à ce sujet, car pas de bonus non plus pour les visiteurs !

L’essentiel est fait, à domicile, il faudra confirmer dans une semaine pour parfaitement lancer la machine.

Signé L’ŒIL